Au cours des six derniers mois, COVID-19 a ouvert la voie à une nouvelle réalité pour la conduite des affaires dans le monde entier, y compris la manière dont les institutions de protection de l’enfance peuvent poursuivre leurs fonctions essentielles de prise en charge des enfants les plus vulnérables. Nous ne pouvons nous empêcher de penser à l’impact de cette pandémie mondiale sur ces enfants. Ils ont déjà passé des mois, voire des années, à attendre dans un foyer pour enfants : ils attendent que des enquêtes soient menées, que des documents soient signés, que des familles soient approuvées et que le système juridique prenne des décisions. Aujourd’hui, l’attente s’est allongée car les gouvernements ont donné des ordres de confinement, les déplacements ont été limités et les contacts directs ont été fortement découragés, voire interdits.

    Qu’est-ce que c’est que d’être un enfant placé en institution aujourd’hui ? Malgré la pandémie, la vie continue. Des jours, des semaines et des mois ont passé. Les enfants qui ne sont pas pris en charge par leur famille ont passé un pourcentage important de leur vie dans un foyer pour enfants, à un moment où les contacts avec les étrangers doivent être limités, où les câlins ne doivent pas être donnés et où la nourriture et les médicaments peuvent être rares. Aujourd’hui, plus que jamais, il est impératif que nous fassions tout ce qui est en notre pouvoir pour que chaque enfant puisse trouver la sécurité d’une famille qui s’engage à l’aimer en tant qu’individu et à le protéger dans les moments d’incertitude comme celui-ci.

    Le rôle de la technologie est essentiel dans cette entreprise, car nous commençons à définir la « nouvelle normalité ».L’objectif est de créer une société où les interactions physiques et les mouvements sont limités pour mener à bien les tâches à accomplir : traiter les dossiers des enfants pour qu’ils puissent être rendus à une famille. La pandémie a mis en évidence la nécessité pour les gouvernements de disposer d’un système centralisé qui recueille des données numériques précises. Avec le logiciel Children First Software (CFS), l’institution gouvernementale de protection de l’enfance peut poursuivre son travail à distance en toute sécurité.Il s’agit d’un projet de coopération avec des collègues et des ONG dans l’ensemble du pays. Grâce à cette compréhension, l’équipe de développement de BEB reste concentrée et productive, tout en travaillant depuis son domicile en ces temps incertains, et continue d’améliorer CFS.

    En mars, nous avons publié CFS 2020.0, qui vise à étendre l’utilisation de CFS à d’autres départements au sein du ministère ou de l’institution de protection de l’enfance. Nous avons créé des rôles supplémentaires pour différents types de fonctionnaires, leur donnant accès à des modules et à des données spécifiques du CSA en fonction de leurs activités professionnelles. La caractéristique la plus innovante de cette version, les tableaux de bord basés sur les rôles, nous permet de commencer à travailler en partenariat avec les gouvernements pour réimaginer la façon dont le travail est effectué dans un environnement numérique. Les tableaux de bord attirent l’attention de l’utilisateur sur les chiffres et les tâches les plus critiques, en utilisant des informations connues pour faire apparaître des données, des graphiques et des actions pertinentes pour des utilisateurs et des rôles spécifiques. Les améliorations supplémentaires ont porté sur le renforcement de la sécurité, la fourniture d’un plus grand nombre de rapports et l’amélioration de l’expérience de l’utilisateur.

    Autre étape importante pour BEB, notre première application mobile, Profile Mobile, est prête à être utilisée! Cette application mobile fonctionne « hors ligne », ce qui permet aux pays de se rendre dans des foyers d’enfants situés dans des endroits reculés, sans internet ni service cellulaire, afin d’effectuer un simple recensement et d’identifier tous les enfants qui y vivent. Une fois que l’utilisateur retourne dans une zone disposant d’un accès à l’internet, les informations relatives à ces enfants seront téléchargées dans le système CFS, créant ainsi un dossier numérique pour l’enfant. Cela permet au gouvernement d’obtenir une compréhension plus précise de la population d’enfants vulnérables vivant en dehors de la prise en charge familiale. Cet enregistrement numérique dans le CSA offre une visibilité accrue aux superviseurs gouvernementaux désignés, ce qui permet de s’assurer plus facilement que l’enfant reçoit les soins appropriés et que son dossier peut être traité plus rapidement.

    Cette semaine, nos premiers utilisateurs commenceront à installer l’application Profile Mobile et à effectuer les tests prescrits au cours d’un processus connu sous le nom de « pilotage » du logiciel. Pendant cette période, nous donnons accès à l’application mobile à un nombre limité de personnes afin d’évaluer la facilité d’utilisation et les performances du logiciel avant de le mettre à la disposition de tous les clients du CSA. Nous espérons que nos partenaires gouvernementaux commenceront à utiliser l’application mobile en juillet.

    Actuellement, l’équipe travaille d’arrache-pied sur la prochaine version, CFS 2020.1, qui sera publiée en août 2020. Cette version met l’accent sur l’amélioration des capacités de gestion des dossiers pour les travailleurs sociaux et les psychologues qui travaillent sur le dossier de l’enfant, ainsi que sur la mise en évidence de la documentation du produit dans l’application.

    Le plus beau ? Le logiciel Les enfants d’abord, ainsi que les améliorations trimestrielles, sont fournis à nos pays partenaires moyennant un droit de licence de 1 dollar ! Notre équipe se consacre à la création de la meilleure application possible afin d’optimiser la capacité de nos clients à s’assurer que chaque enfant trouve une famille, aussi rapidement et sûrement que possible.