Le 20 novembre 1989, l’Assemblée générale des Nations unies a adopté la Convention relative aux droits de l’enfant. À l’occasion du 30e anniversaire de la Convention, l’UNICEF a récemment publié un rapport soulignant les progrès accomplis au cours des trois dernières décennies en vue de créer un monde meilleur pour les enfants vulnérables, tout en soulignant que de nombreux défis restent à relever.

    Le rapport est complet et équilibré. Des progrès ont été réalisés dans des domaines tels que le taux de mortalité des enfants de moins de cinq ans, l’assainissement, la vaccination, l’éducation et l’égalité des sexes.

    Le rapport se termine par une invitation à participer à un dialogue mondial pour apprendre les uns des autres ce qu’il faut faire pour se préoccuper un peu plus de ce qui arrive aux enfants, ceux des autres comme les nôtres.

    Nous, à Both Ends Believing, vous remercions pour cette invitation. Nous acceptons. Pour commencer, nous confirmons plusieurs de vos déclarations :

    – Il est urgent de combler les lacunes en matière de données sur les droits de l’enfant.

    – Les enfants les plus vulnérables sont souvent ceux que nous connaissons le moins.

    – Le manque de données sur la situation des enfants entrave les efforts visant à atteindre les objectifs de développement durable et à réaliser les droits de chaque enfant. »

    Soutenu par Tyler Technologies, Both Ends Believing a comblé ce vide avec son logiciel Children First, qui permet de collecter efficacement des données sur les orphelins et les enfants vulnérables, de les mettre sur la voie d’une famille et d’assurer leur suivi après leur placement, qu’il s’agisse d’une réintégration ou d’une adoption.

    Le rapport de l’UNICEF exprime une inquiétude : « Les progrès durement acquis par les enfants sont souvent perdus ou mis en péril dans un monde en mutation ». Nous sommes d’accord. Qui aide les enfants à s’orienter dans un monde en mutation ? Les familles.

    Autre préoccupation : « Atteindre les 10 à 20 % d’enfants les plus difficiles à atteindre est le plus grand défi de tous ». Nous sommes d’accord. Où résident-ils de manière disproportionnée ? Dans les institutions. Le passage de l’institution à la famille pourrait permettre à ces enfants les plus difficiles à atteindre et les plus vulnérables de s’élever.

    Le rapport indique que « le moment est venu de tirer les leçons du passé » : « Il est temps de tirer les leçons du passé. Oui, c’est le cas. Incluons les familles comme élément fondamental de la solution pour que les enfants vulnérables aient la possibilité de s’épanouir.

    J’espère que lorsque l’UNICEF publiera son rapport à l’occasion du 40e anniversaire de la CDE, nous compterons parmi les réalisations les plus importantes du monde le placement de centaines de milliers d’enfants dans des familles aimantes. Both Ends Believing soutient aujourd’hui les gouvernements pour que ce rêve devienne réalité.